Bivouac Boerio : un frigo de luxe !

Publié le par Zigual

Pour ces 4 jours de petites vacances, Squal avait repéré un petit bivouac de rêve en Italie. Enfin, "bivouac" à prendre au sens italien, c'est-à-dire grand luxe !
A 3089m, au  bord du lac le plus haut d'Europe (Le Mongioia), sous le Bric de Rubren, et surtout invisible sur la carte, de quoi satisfaire notre envie d'Ubaye sauvage depuis un bon moment. Puis le ski de fond, ça nous manquait ;-)

J1 : Saint Véran -> Col de La Noire -> Pas de Salsa -> Hôtel *** (la quatrième * a malheureusement gelé durant la nuit...)

Nous voici donc partis chargés comme des mulets à partir de Saint Véran. Trois jours d'autonomie, ça se paye !
Surtout que nous ne partons pas skis aux pieds. Mais un premier mai, on ne fait pas spécialement ce qu'il nous plaît...

Montée tranquille vers la chapelle de Clausis, refuge de La Blanche et enfin col de La Noire avec une petite couche de poudre toute prête à être tracée par Squal. Traceur d'un jour et de toujours ! Surtout que je suis à l'agonie derrière, tellement qu'il finit par me prendre quelques affaires dans le sac.

Sous la Tête des Toillies


La descente côté Ubaye est tip top en transfo moquette. Puis on continue la balade vers le Pas de Salsa. Boudiou, on en voit pas la fin ! Heureusement, c'est magnifique.

Descente face à notre prochaine montée.

Sous les Rochers de Rubren

Face au Longet, Crête du Coq, Farniérita, Toillies... Les descentes sont plates !


Le Mont Salsa, petite variante pour arriver au bivouac, sera pour la prochaine fois vue notre super forme du jour et l'enneigement plutôt médiocre.

La soirée se résumera à quelques mots : repos, bière, topotage, couscous qui déchire sa mère, le jaja qui va avec, les minutes de farnientise face au soleil couchant et ses derniers rayons bien vite regrettés.
La nuit se résumera à un mot : Froid ! Bien heureux d'être seuls au bivouac pour avoir un tas de couvertures qui ne chauffent pas sur nous : un régal cette nuit !

Photos du refuge :




Le lendemain matin, on aura du mal à se lever : c'est sûr, par -3°C, eau et bouteille de gaz gelées, ça nous encourage moyennement à sortir du lit. Seuls les rayons du soleil nous approteront baume au coeur !



Du coup le plan B (comme But ??) est adopté : on rentrera aujourd'hui, tanpis si on doit encore porter les sacs lourds  ! Notre belle boucle d'enchaînement des sommets du coin (Tour du Pelvat par Malacoste, Gandin, Gavie et Bric de Rubren) sera pour une autre fois.

J2 : Vallée du Rubren -> Vallée de Maljasset -> Tête du Longet -> Saint Véran

Direction le Pas de Mongioia pour une descente Ouest en neige pas tant pire ! Pas beaucoup de pente dans ce vallon sauvage, mais on s'en met plein la vue ! Malacoste juste là, puis ce petit canyon en moquette, puis ce ressaut béton mort bon... Euh ! Mort con ce passage !

Vallon de Rubren et Bric de Rubren, un peu à sec.

Petit canyon face au Péouvou.



Dans la vallée de Maljasset, le portage est de rigueur, mais encore une fois, qu'est-ce que c'est beau ! Au beau milieu des marmottes qui gambadent au soleil, nous avançons avec l'impression apaisante de se balader.



L'option col du Cristillan est vite oubliée avec le manque de neige. Du coup ça devient : " Bah ! Y a que 900m de D+, ça va être vite fait !"
Puis au fur et à mesure de la montée en plein cagnard : "'Tain qu'est-ce que c'est long ! " C'est sûr qu'en s'arrêtant toutes les 5 minutes le temps est long... On rêve ardemment du casse-croûte au sommet de la Tête du Longet, avec cette fichue binouse dans le sac, sauf qu'une fois arrivés en haut, il y a de l'air qui n'est pas pour nous réchauffer.

Le Viso fait son apparition


Chouette alors ! Tanpis, on va profiter maintenant de la poudre conservée en face NW du Longet, un vrai régal ! Moquette puis soupe puis terre, et nous voici au VV Pirhana, prêts à profiter de l'herbe et du soleil printanier.

Miam la poudre un 2 mai...

CR Skitour

Publié dans Rando en surf-ski

Commenter cet article

Laurent G 10/05/2008 12:25

Une fois encore, vous avez bien visé,  avec ce coin de Haute Ubaye, à jouer les saute-frontière.Un coin pas trop connu, mais que j'adore pour l'avoir arpenté en tous sens hiver comme été.Et c'est vrai,côté italien, y a plein de chouettes "bivacco", pardon bivacci, pas tous indiqués sur les cartes françaises.moi, me suis contenté de 5 jours en Belledonne , autour du chalet du Merlet. (cf cmon blog)Suis en train de rafistoler mon petit matos, qui a bien souffert en cette fin de saison, je me demande si demain, je prends direction Ecrins...