Grande virée en Ubaye-Mercantour

Publié le par Zigual

Et voilà, samedi 21 mars c'est le grand départ pour notre raid de 5 jours, du Mercantour à l'Ubaye.
Pour ce jour-ci on ne force pas trop, on teste juste la mobilité douce et les transports en commun

Départ : 13h04 de la gare de l'Argentière La Bessée pour prendre le train jusqu'à Veynes et le bus jusqu'à Dignes. Seulement 5 personnes dans le bus, ça c'est de l'éco-mazout !! Après 2h d'attente, la navette de rallye nous emmène à Allos en un temps record (Le prix doit comprendre le corbillard ).




Première nuit à l'hotel Pascal (on l'a bien choisi !) et le lendemain, dimanche, on est skis aux pieds à 6h42, 15kg sur le dos.
L'objectif du jour est le Mont Pelat, un joli 3000m mais avec 1600m de D+. ça commence bien avec un peu de bucheronnage sur le long GR56. On rattrape un petit groupe de locaux qui feront un petit bout de route avec nous en nous donnant moultes conseils.

La montée avec vue sur le lac d'Allos, exceptionnel.



Quand enfin nous arrivons dans la combe du Pelat, il commence à être tard et nous sommes bien fatigués. On ouvre le bal avec notre premier But 50m sous le sommet 2000m de D+ le premier jour, on s'est surestimé...

Bonne descente sous l'oeil du Mont Pelat.



Y a plus qu'à rejoindre le Pas de la Grande Barre, descendre en POUDRE de l'autre côté, et remonter jusqu'au col de la Cayolle qui nous achève. C'est vers 16h30 qu'on arrive à la Cantonnière pour boire une binouse avec Phil'Ô, le heureux hasard !

Et une belle descente en poudre sous La Grande Barre !


Remontée à la Cayolle : mais non, il n'y a pas de neige dans le coin... (Cf la glissière de la route sur notre gauche )


Dernière descente sur La Cantonnière !





J2 : C'est accompagnés de 2 skieurs que nous montons au col de la Sanguinière : un bien bel itinéraire tout calme ! De là, on shunte la Tête de Colombier car mal de pieds pour Squal et la journée est sensée être chaude. Donc traversée directe au col de la Braissa, puis descente un peu longuette sur Sestrières où n'en profite pas trop... Car c'est pas le tout mais il nous reste une montée au col du Colombart ! Finalement on prendra notre temps, la neige est béton !

Quantité de neige impressionante à 1800m ! Tous les panneaux que nous avons croisé dépassent juste.



Beau parcours pour notre premier col du jour.


Bayasse tout au fond.


Traversée face à la Tête de La Clape.



Descente du col de la Braissa



Seconde montée avec vue sur le magnifique vallon que l'on vient de descendre.



On qualifiera la descente "Ski grand large" : tout blanc, tout plat, et beau panoramique. C'est sur les coups de 13h qu'on arrive au hameau de Bousiéyas, seule étape non gardée du raid. Chouette, on va pouvoir faire la sieste, bouquiner au soleil ou aller gambader alentour ! On croyait être seuls mais tard dans l'après-midi 2 toulousains arrivent. Et en plus on apprend qu'on fera une partie de l'itinéraire avec eux !
Bonne nuit où je rentabilise le portage de ma doudoune, le vent débarque pendant ce temps-là...

Grandeur et liberté...


Le mignon petit hameau de Bousiéyas, le gîte est sur la droite.






J3 : Après un coup d'oeil dehors, il n'a pas l'air de faire trop moche : juste quelques nuages qui avancent bien vite. Les sacs plus légers nous voilà partis en direction du camp des Fourches. Et à peine 1/4 d'heure plus tard c'est le brouillard, la neige, le vent ! Cool, on a une bonne excuse pour se prendre notre but quotidien En effet on devait monter au col de la Pelousette, Tête Carrée, puis Tête de Parassac, mais on coupera au plus court par le Pas de la Cavale. Cette fois-ci on rentabilise le portage du GPS et du masque, et même des crampons pour le final !

Ma vision de la journée ! Je n'ai vu que ça


En levant la tête, on voyait ça :


On a quand même eu droit à une éclaircie là-haut !



Descente sur Larche en 2 ou 3 virages : c'est court ? Et bien non ! C'est plat ! De la traversée, de la traversée, du ski de fond pour changer, et encore de la traversée ! Elue meilleure descente de l'année Arrivés au Pont Rouge, le ciel se dégage, mais le panneau "Larche - 5km" nous fait ressembler à ça : Re-ski de fond avec vent en pleine face et petite poudre pour nous ralentir, du bonheur ! On arrive bien sec au gîte, il est tôt mais on est content d'aller au chaud !

Nos compagnons du jour qu'on avait perdu arrivent peu de temps après. On a encore quelques heures à perdre avant un repas d'antologie, dingue ce raid où on fout rien et qu'on est quand même à l'agonie !



J4 : Premiers arrivés au gîte, premiers partis ! C'est encore une journée plate qui s'annonce, et après maintes bosses et cailloux ubayens on arrive au col de la Portiolette, magnifique mais glacial aujourd'hui ça va bien m'aider à choper un gros coup de calgon où j'aurais pu manger tout ce que j'avais dans le sac...

Montée au côté de la Mena, magnifique montagne.


On ne se lasse pas d'un paysage pareil.



Arrivée grandiose au col de la Portiolette.


Descente versant Nord



Malgré ces moments de grosse fatigue, on arrive quand même au strict minimum : le col du Vallonet. On décide de quand même monter à notre sommet du jour : le Massour. Après 100mde montée, on se rend compte qu'on s'est pas encore pris de but aujourd'hui, sacrilège !! Du coup on redescend L'appel de la faim et un manteau neigeux qui ne nous parait pas trop sain en seront les bonnes excuses.



Après un peu de repos et un casse-croûte mérité, les esprits sont remis en place alors on va quand même faire un sommet : le replat des Génisses. La bouse du coin, vous vous en doutez avec ce nom-là Mais c'est quand même une première à ski !! Même pas référencée par volopress Il n'empêche que c'est un itinéraire tout mignon entre Brec du Chambeyron et Rochers de St Ours, et qu'on a eu de la bonne transfo en plus !

D'un côté le Brec...



De l'autre les Rochers de St Ours !




Y a plus qu'à rejoindre Fouillouse, et une tourmente chacun pour fêter ça chez le papi du village !

Sur les skis jusqu'au bout !





J5 : Journée Portage ! On commence par la descente de Fouillouse afin de rejoindre le sentier montant au vallon du Châtelet. L'effort est violent et contraste avec la sérénité des bouquetins pas loins.

On a pris le raccourci par la cascade : 5.6 Expo8


Bientôt la neige, bientôt le coup de barre



Re gros coup de fatigue pour moi. Allez j'avoue, j'ai fait exprès pour qu'on ne monte pas à La Mortice ! Plus sérieusement ça en était trop pour le dernier jour, le vent souffle encore fort et on est partis tard. Le plus raisonnable a été de traverser directement par le col de Sérenne. Encore une descente d'antologie sans virage jusqu'à Basse Rua dans le Val d'Escreins. On rejoint le GR, skis aux pieds jusqu'à 1400m. Après c'est descente bucolique à pieds, senteurs d'été et biches qui gambadent... En voilà un retour fort sympathique ! Et comme ça, on arrive à Guillestre dans l'éthique complète !

Mortice et cailloux roses nous remplissent les yeux de bonheur.


Dernier col, dernier dépeautage, joie ou tristesse ?


Retour sur Guillestre




Mais ce n'est pas fini... Un bon coup de speed quand on apprend qu'on a 1h30 pour rejoindre Mont-Dauphin et le train C'est faisable, on ne traine pas. On veut couper mais finalement ça prend du temps. Neige, cailloux, on trouve de tout. J'ai les pieds explosés, la fatigue se fait sentir et on s'énerve facilement... Mais il faut y arriver ! A 5 minutes de la gare, on entend le train passer... Nooonnnnnn ! Bah quoi, on bute jusqu'au bout nous ! On n'est pas des loosers pour rien.
Bon bah, plus de scrupule pour prendre la navette de l'Ours ça fait du bien et ça fait plaisir...




En conclusion, une bien belle aventure humaine avec beaucoup de rencontres et de compagnons de route aussi sympathiques les uns que les autres, tout en gardant le côté sauvage et solitude de ces 2 massifs. Traverser, voir du pays, des paysages uniques, jamais le même dans la journée, c'est vraiment magique ça. Des coups de fatigue, de stress, d'énervement mais beaucoup de bonheur à côté. Puis même si on a buté sur tous les sommets prévus, l'objectif était d'arriver à bon port et heureux. Rien à jeter pour ce premier raid où on a eu plutôt des bonnes conditions ! A refaire, tant qu'on a la chance et la caisse pour !

Publié dans Rando en surf-ski

Commenter cet article

fontra 30/03/2009 09:27

Tout ça pour deux binouzes et une bouteille de vin, vous pouvez faire beaucoup mieux Avec santa on prépare la traversée Ventoux => Grand Colon !!!

le Ced 29/03/2009 21:54

Ouais,bof,faut pas trop senballer non plus.......................!

latata 29/03/2009 19:57

ah ! je me demandais où vous étiez passé !!!!

l'ours 29/03/2009 19:01

Bravissimo!!!!! bon, bé va falloir que je me remette au ski ........

Phil'Ô 28/03/2009 21:00

En effet, magnifique raid que vous avez fait là !Il faut dire que la région s'y prête plutôt bien... On est loin des chamechaudes surtracéesBien heureux que le hasard nous ait permis de partager une binouze (bien méritée). On arrivera enfin à partager une pente (à skis ou VTT ?)