Les temps changent

Publié le par Zigual

Je me souviens d'une époque où l'humilité, le plaisir, la simplicité faisait partie prenante de notre activité.

Il y a quelques années, un père et sa fille ridaient les montagnes Pyrénéennes, à 98% seuls au monde. A la limite de l'imaginable pour des grenoblois ?
La dream-team de l'époque, des winners qui ont fait de moi la personne que je suis maintenant. Marcus le seul skieur , Guy&Sophie, Olive puis Betty, des compagnons qui nous accompagnaient en rando dès que possible. Et Le José, Ghislain le vilain...

Une époque où la passion et le rêve nous faisait avancer. Pas de course, pas de déniv' prédéfini. Juste le plaisir. Le jaja, toujours dans le sac ! Une valeur qui se perd ?
Des sorties en petit comité qui a, mine de rien, ses habitudes. Et surtout, tout le monde se connait. Pas de prise de tête, juste quelques petits gronchages

Le comptage de dénivelé, les cotations de pente, qui connaissait ça ? Personne. Le plaisir, on le connaissait tous.

Soudainement expatrié(e)s dans les Alpes, l'Oursonne que je suis doit m'habituer à sortir en gros comité, avec des gens qui marchent différement. Pas toujours facile, beaucoup le diront Mais pourtant, tout s'accélère et j'apprends des tonnes de choses.

Skitour m'apparait ; déniv', sommet, pente... Qui en fera le plus ? Prise dans l'élan, me voilà, surf sur le dos, à vouloir faire comme les skieurs. Une période que tout le monde a connu : la course au déniv'... Il m'a suffit d'une année pour rapidement comprendre la stupidité de cette manière de penser. Certains y sont encore.

Une impression d'évoluer à 100 à l'heure : ski, émulation, toujours plus, toujours plus... Jusqu'à un point où tout doucement, une sorte de sagesse prend le dessus. Un retour aux valeurs d'origine ? Marrant de se dire ça.
- "Que" 500m de D+ ? Je m'en fiche, je me fais plaisir.
- "Que" 1.3 de cotation de pente ? Je m'en fiche, je me fais plaisir.
- Pas de CR avec 3037,59m de D+ au compteur ? Je m'en fiche, je me fais plaisir.
- Pas de CR d'un couloir en 5.3 ? Je m'en fiche, je me fais plaisir.

Tout ça pour dire que, dénivelé ou pas dénivelé, pente ou pas pente, le but est de se faire plaisir, d'avoir cette joie de "l'avoir fait" au fond de notre coeur ou complice avec notre compagnon du jour, pas étalé sur internet dans une optique "m'as-tu vu".

Si je tiens ce blog à ce jour, c'est parce que je souhaite ardemment partager tous ces moments avec ma famille. Au fur et à mesure de mes pérégrinations, je croise de si beaux paysages, si intenses ! Comment ne pas montrer ne serait-ce une infime particule de ce que je vis aux gens que j'aime ? Surtout quand on est éloigné de 500km et qu'on ne peut le raconter en face. Une image, parfois des mots suffisent. Le partage est tellement plus vif entre personnes proches qu'entre personnes inconnues.


Publié dans Réflexion

Commenter cet article

kaiser38 28/11/2009 01:24


La tentation est grande de vouloir suivre, imiter les autres, où devenir un gourou du milieu ...

Le problème c'est que chacun est différent ! Chacun à des capacités physique différentes, un degré de motivation différent, un besoin plus ou moins important de bouger ou bien d'être chez soi à
écouter un bon CD ou à lire un bouquin.

Je crois que le plus dur dans notre activité, c'est pas les pentes extrêmes, le denivelé de folie, ou le nombre de sortie dans l'année ! Non le plus dur, c'est d'arriver à trouver un équilibre dans
sa pratique ! D'arriver à trouver ce qui nous botte vraiment, et de jamais être frustré de ne pas avoir faire la même chose que son copain sur skitour.

Moi personnelement en tout cas, je sais pas si j'ai encore complétement trouvé ma "voie" dans la pratique de la montagne en général, mais en tout cas, je sais une chose, c'est que je suis pas fait
pour l'extrême, et que c'est pas dans les sorties les plus dures techniquement ou physiquement que je prends mon pied...

En fait, je pense que ta reflexion vient du recul que tu as pris, et c'est lié aussi à l'age et aux années de pratique ! En vieillissant on arrive mieux à savoir ce qu'on veut, on s'affirme.

Y'en a qui disent qu'à 50 ans, si on a pas de rolex, c'est qu'on a raté sa vie. Moi je pense plutôt qu'on a raté sa vie, quand, à 50 ans, on sais pas ce que l'on veut et ce que l'on recherche dans
une activité.

Sur ce, je te souhaite tout plein de bonnes sorties avec tout tes amiches ! take care.

kaiser


Mic'hel 15/11/2009 15:43


Hello zab,
C'est pas avec des billets comme celui-ci que tu vas obtenir ta naturalisation grenobloise! Moins de 3000m de D+?!?!? Shocking! ;o)



Sinon, t'as bien raison, on s'en fout du D+!
Le bivouac c'est 100 fois mieux





la chouette 13/11/2009 18:53


ok squal, j'ai bien compris que tu avais épuisé ta réserve de saucisson du Vallespir, alors bien sûr tu es le bienvenu pour venir trimbaler les tablettes de côte d'or sur les cîmes Pyrénéennes. en
plus y a des réglages à effectuer sur mon vélo !
d'ici là on partagera la bûche de Noël de belle maman !
biz


Damien COURTOIS 12/11/2009 15:09


Salut Zigual
Je tombe sur ton site en suivant tes aventures sur les sites connus et là, franchement, j'aime bien ta reflexion!
c'est dans cette optique que je pratique depuis quelques temps maintenant....le plaisir avant tout
Au plaisir


squal 11/11/2009 21:11


Euh j'suis invité à déguster les "Pyrénéan good vibes" ?

Promis je prends pas mon Altimax. Enfin de toutes façons j'sais pas m'en servir, c'est juste pour l'heure et en plus elle a plu de piles.

On peut faire attaquer les descente après un Red Bull, mais j'préfère un bon jaja qui fait tourner